Le cortisol et sa gestion

Le cortisol a le dos large!

Nous attribuons trop la faute sur cette hormone. Que se soit à tord ou à raisons, les mécanismes par lesquels le stress psychologique favorise les dommages oxydatifs sont mal compris. Lorsqu’il s’agit de perte de poids, on entend ce mot à outrance. Souvent avec raison mais la gestion est mal comprise.

 

Les gens souffrant d’obésité abdominale ont des niveaux élevés de cortisol. En outre, le stress et les glucocorticoïdes agissent de manière à contrôler l’apport alimentaire et la dépense énergétique. Les glucocorticoïdes sont notamment connus pour augmenter la consommation d’aliments enrichis en graisse et en sucre. Il est bien connu que, chez toutes les espèces, la réponse du cortisol au stress est très variable. Donc pour certaines personnes qui dit stress dit manger plus vice et versa. La réactivité au cortisol pourrait être utilisée comme marqueur pour identifier les personnes à risque de prise de poids et d’obésité ultérieure.

Cortisol et résistance à l’insuline :

Le cortisol contribue à la réduction de la sensibilité à l’insuline à un âge précoce chez les enfants et les adolescents.  Plus précisément, le cortisol est associé négativement à des mécanismes compensatoires potentiels pour la résistance à l’insuline. Outre la nutrition et l’activité physique, les recherches ont commencé à inclure le rôle de l’environnement social, en particulier le stress psychosocial sur l’adiposité et la résistance à l’insuline. La réponse au stress physiologique conduit à la libération de cortisol, un glucocorticoïde, des glandes surrénales. Conçu pour augmenter la disponibilité en énergie à court terme, le cortisol altère de manière aiguë la sécrétion d’insuline et augmente le débit de glucose hépatique.

L’accumulation de graisse viscérale peut être une conséquence d’une exposition prolongée aux glucocorticoïdes, et la relation peut être présente chez des personnes un peu plus âgés. Le cortisol était associé négativement à IGF-I. l’IGF-1  est un sensibilisateur à l’insuline.

En conclusion le cortisol n’est pas l’ennemi direct mais plutôt la gestion de celui-ci.

Un bon naturopathe pourra vous guider à savoir quoi faire pour obtenir une meilleure réponse au stress via le mode de vie. Puis pour supporter ceci. Il existe plusieurs produits disponibles pour vous aider.

Je pense au magnésium glycinate par exemple, ou des formules comme les nouveaux corti-x AM et PM de XPN et/ ou pour favoriser votre récupération post entraînement, le Amino-Recovery. Dans mon prochain article je vous présente ces produits.

Luc  Plante (n.d.)