L’acide lactique

L’acide lactique est-il le seul responsable de tous les maux musculaires dont la fatigue?

Depuis le début des années ’80 des connaisseurs de toute sorte en sont venue à la conclusion un peu farfelue. Un concours de circonstance à fait que l’acide lactique est devenu responsable des douleurs à l’effort intense. Ensuite on l’a incriminé dans la venue des crampes et des courbatures. Demain ça sera sûrement de sa faute tous nos problèmes articulaires et la tombée des 2 tours du 11 septembre 2001?

Le mythe est né de l’observation suivante; à haut régime, les muscle produisent de l’acide lactique qui apparaît dans la circulation sanguine sous forme de sel appelé : « lactate ». Il faut alors examiner de plus prêt pour s’apercevoir que cette production de lactate ne peut pas endosser tous les vices qu’on lui prête.

D’après des études, l’équilibre acido-basique du muscle participe peu ou pas au phénomène d’épuisement.

Tout est une question d’interprétation. Il faut faire la distinction entre « acide lactique » et « lactate ».  Ce qu’il faut savoir, c’est que dans l’organisme il n’y à pas de production d’acide lactique mais bien du lactate ainsi que de l’ATP qui est utilisé pour la contraction musculaire.

L’hydrolyse de l’ATP qui est fournie par la glycolyse acidifie la fibre musculaire. Il n’y à donc pas d’acide lactique produit pas l’organisme mais du lactate et c’est donc une erreur de dire que nous produisons de l’acide lactique.

Les crampes et les courbatures figurent elles aussi au rang des symptômes attribués èa la présence d’acide lactique. La preuve est que l’on peut avoir des crampes sans l’élévation de l’acide tissulaire comme pendant la nuit par exemple.

Nous tombons souvent dans l’erreur de croire que le lactate freine la performance chez les athlètes. On en vient à penser que les meilleurs athlètes sont ceux qui produisent le moins d’acide lactique. C’est faux! Des études ont prouvé que l’athlète le plus performant si distingue des autres par sa capacité à produire des « peaks »  élevés d’acide lactique. Des chercheurs vont jusqu’à dire qu’il est mieux de débuter un effort intense en ayant un peu de lactate dans le sang.

Bref la baisse de PH ( l’acidose ) n’est pas du à l’acide lactique, donc n’est pas une « acidose lactique » comme on se fait dire à chaque fois qu’un ressens une quelconque douleur musculaire dû à un entraînement ou sport de haute intensité!

Comme je le mentionne presque chaque article, la santé du corps n’est pas tout noir ni tout blanche. On bon conseiller ou entraîneur se doit d’être à l’écoute de vos besoins pour vous fournir les outils nécessaires.

Chez Nutrition Sport Fitness, nous avons les conseils et outils nécessaire pour vous aider à progresser au niveau de votre entraînement.

Luc Plante (n.d.)